LE GLOBE DE L'HOMME MOYEN

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | Visiter le site d'Alain Sagault

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120

lundi 1er juin 2009

REMARQUES EN PASSANT

REMARQUES EN PASSANT
19

ACADÉMISME
Si l’art officiel illustre l’esprit de son époque, la notion de progrès humain en prend un sérieux coup : après l’art pompier qui fournissait à une certaine bourgeoisie industrielle le décor surchargé dont elle rêvait, néo-gothique exubérant ou mièvrerie mi saint-sulpicienne mi-rococo, un certain art contemporain, néo-kitsch ou post-conceptuel, traduit parfaitement l’essentielle vulgarité, l’absence de scrupules et la totale déconnexion du réel des maîtres d’un monde de la finance devenu encore plus abstrait et criminel que les systèmes mafieux traditionnels.
Peu importe ce que produit réellement l’art académique : ce qu’on lui demande, c’est d’être académique, et il remplit toujours exactement la fonction pour laquelle il a été créé. Un miroir rassurant, ça n’a pas de prix. L’art académique est fidèle à la volonté du commanditaire et à « l’esprit » du temps, l’art authentique est fidèle à la vision de l’artiste.
Chacun de nous a les fidélités qu’il mérite.

ACCUEIL
La société policière s’avance masquée. Sous le beau nom d’accueil, la SNCF a peu à peu mis en place un véritable flicage des passagers. Non seulement ceux-ci doivent présenter leurs billets avant d’entrer sur le quai, mais après avoir ainsi montré patte blanche, ils y entrent désormais seuls. Plus question d’être accompagné jusqu’à sa voiture, encore moins de laisser monter quelques instants la famille. Quant aux adieux, finis les émouvants contacts muets à travers les fenêtres, finies les dernières recommandations fenêtre hâtivement baissée, finie la petite course sur le quai pour voir encore une seconde l’être aimé !
L’idéal du technocrate, c’est de nous faire entrer dans le bon tuyau au bon moment, et de ne surtout pas mélanger les fluides : le passager, dûment étiqueté, ne saurait être confondu avec l’intrus, ce poids mort, cet encombrant qui n’a rien payé. Peut-être moins commode à gérer, l’ancien usage du ticket de quai était plus logique et moins hypocrite. Plus humain aussi.
Voir RATS

AMBIVALENCE
Pensée profonde : il y a des tas de gens charmants que ça n’empêche nullement d’être de fieffés connards. Pensée encore plus profonde : il existe des quantités de connards qui peuvent se révéler charmants à l’usage. Nous disposons tous de potentiels insoupçonnés et sommes capables de les révéler à tout moment, y compris à notre insu. Reste que ni la connerie ni le charme ne sont garantis à vie. Nous devons sans cesse reconquérir l’une et l’autre. Ne nous en plaignons pas : où serait le mérite ?

ASSURANCE
La terrible assurance que nous devons au progrès technique, cette confiance en soi aveugle qui, donnant à l’humanité l’illusion d’un pouvoir quasi absolu sur la nature, a motivé tous les progrès et tous les crimes, cette foi fanatique qui faisait de l’homme le centre du monde, son alpha et son omega, elle est en train de se fracasser contre la réalité d’un monde qui nous échappe d’autant plus que nous avons cru qu’il nous appartenait sans partage.

ATTENTE
Moi qui détestais attendre, j’ai pris le stress en telle horreur que j’ai fini par prendre plaisir à l’attente. J’attrapais métros et trains au vol, je m’arrange désormais pour partir largement en avance, arriver à la station ou à la gare sans me presser et jouir, entre autres, du plaisir d’être sûr de ne pas rater le départ !
C’est une des choses qui font qu’il peut devenir amusant de vieillir, une fois qu’on a admis qu’on ne rajeunirait pas. La grande affaire des vieillards et leur suprême réussite, c’est de se débrouiller, non seulement pour ne pas être bousculé, mais pour ne jamais se bousculer. Le vieillard prend tout son temps parce qu’il sent bien qu’il n’en a plus assez pour le perdre.

AVENTURIER
L’aventurier, c’est tôt ou tard celui qui envahit l’autre. À l’extrême, ça donne ce type qui tape l’incrust chez les pauvres un peu partout dans le monde, se fait entretenir et s’en vante, à la grande joie des téléspectateurs toujours friands de records de muflerie et pas assez culottés pour les battre eux-mêmes autrement que dans l’intimité. Cette forme d’investigation supérieure, ou de supériorité investigatrice, a été pratiquée par la plupart des « aventuriers » occidentaux façon David-Neel ou Segalen. Il a fallu attendre Granet, Mauss et Levi-Strauss pour voir, dans une saine application de la vraie philosophie des Lumières, des chercheurs partir à la rencontre d’autres civilisations, non en vue de les envahir (Mauss n’allait pas sur le terrain, et ne l’en voyait que mieux !), les cataloguer et les exploiter, mais afin de reconnaître leur existence et de comprendre leur mode de vie dans le respect de leur dignité et de leurs spécificités.
Ce qui rend non plus seulement odieux mais grotesques les prétendus aventuriers d’aujourd’hui, c’est qu’ils ne courent à peu près plus aucun danger. Aucune commune mesure entre les voyages d’exploration comme ceux de Colomb ou de Magellan, Cook ou Dumont d’Urville, et les randonnées sponsorisées et médiatisées des Hulot ou des Arthus-Bertrand. Le seul fait d’avoir un GPS dit tout de l’absence d’aventure dans ces « exploits » supposés.
Les vrais aventuriers d’aujourd’hui, ce ne sont pas les batteurs d’estrade, les aventuriers du spectacle, mais les chercheurs en écologie, les archéologues, les astronomes, tous ces passionnés qui mettent tout en œuvre à leurs risques et périls pour connaître et aimer le monde qui les entoure.
La vraie aventure, ce n’est pas le frisson, c’est la recherche.

BAROUD D’HONNEUR
Dans les soubresauts de son agonie, la classe dirigeante actuelle livre un incroyable bouquet de feu d’artifice de mesures délirantes, tant par la dictature qu’elle engendrent que par leurs conséquences catastrophiques. Dans tous les domaines, les hommes de pouvoir formés à la pensée mécaniste multiplient les tentatives désespérées pour imposer la perpétuation de leur monde mortifère, au moment même où le désastre qu’il a engendré est si évident que plus rien ne parvient à le dissimuler. OGM, déchets radioactifs, « réformes » de l’école, du lycée, de l’université, de l’hôpital, de la sécurité sociale, gestion de la crise financière, politique sécuritaire, dans tous les domaines se retrouvent le même autoritarisme, la même précipitation, la même incompétence, la même morgue, le même refus de tout dialogue, la même volonté de réduire toute opposition. Responsables de la catastrophe en cours, les « élites » (de par leur formation commune ?) ne pensent qu’à en remettre une couche pour essayer de sauver leur pouvoir et leurs profits.
Maintenant que la réalité leur présente la note de leurs erreurs et de leurs crimes, les libéraux-nazis, tout aussi incapables d’accepter leur défaite que leurs prédécesseurs, s’acharnent à tout détruire, avant de prendre la fuite.
Est-il encore temps de faire la révolution ?

BEAUTÉ
Ce matin de mai, le chardonneret dans le poirier en fleurs. C’est tout de même autre chose que le bleu Klein.
Ce qui rend la nature bien supérieure à l’homme qu’elle a créé, c’est qu’elle n’a pas besoin de brevets pour inventer.

BERCAIL (retour au)
Les Don Juan, ils cherchent à retourner en utérus, ils veulent rentrer au bercail. N’y arrivent pas. Essayeront donc toutes les femmes, au cas où…
Il ne faut jamais désespérer, se dit le Don Juan. À chaque fois je suis tout près du but, et quand je jouis, je l’atteins un instant !
Une chose est sûre : si j’étais un Don Juan, là serait ma motivation.

BEURRE (le beurre et l’argent du)
Notre impitoyable société n’a jamais assez d’indulgence pour les cas « intéressants », pour les « minorités » qui émeuvent sa compassion, piquent sa curiosité ou suscitent son admiration. Elle est prête à expulser les immigrés, à supprimer les maternelles ou à les rendre payantes, à augmenter les frais d’inscription des étudiants, à écraser d’impôts les classes moyennes, à faire payer les grands malades pour leur maladie et à laisser crever de faim les vieilles gens. Mais les citoyens les plus riches ont droit à ses attentions les plus empressées, et les plus « originaux » à un incompréhensible traitement de faveur : le pouvoir vient ainsi de décider d’un trait de plume que la transsexualité ne sera plus une affection psychologique de longue durée. Pourquoi pas ? Le problème est que le même trait de plume décrète qu’elle continuera à être remboursée comme telle ! De deux choses l’une, ou la transsexualité est une maladie, ou elle ne l’est pas. Dans le second cas, en période de crise et quand on multiplie les déremboursements, il est scandaleux d’utiliser l’argent public à la réalisation d’un choix personnel.
Bien entendu, cette décision proprement extravagante est passée aussi totalement inaperçue que les élections européennes : il y a encore des matches de foot, et Roland-Garros commence.

CASTING (erreur de)
Sarkozy président ? Corrigeons au plus tôt cette invraisemblable erreur de casting.
Mais l’erreur est mienne, et le casting hélas idéal : Sarkozy est le président que nous méritons, et ne fait que nous renvoyer l’image peu ragoûtante de ce que nous sommes devenus.

CONDITION HUMAINE
J’avais six ou sept ans la première fois que j’ai eu honte d’être un homme. Tout juste l’âge de raison. C’était un livre sur Auschwitz, très précis et illustré de photos très parlantes.
Ça m’a sûrement rendu raisonnable : je ne m’en suis jamais remis.

CONSERVATEURS
Il est des moments où les conservateurs dignes de ce nom deviennent d’authentiques novateurs, en ce qu’ils nous permettent de nous réapproprier le passé en jetant un pont entre lui et un présent que la prétention des prétendues avant-gardes a coupé de ses racines. Ce présent rendu stérile, un conservateur de progrès comme Denis Grozdanovitch, aide à le féconder de nouveau en lui apportant la sève d’un passé intelligemment digéré.

CRÉATION DE RICHESSES
Malgré la crise finale en cours, j’entends encore nombre d’imbéciles évoquer d’une voix extatique l’une des pires tartes à la crème du libéral-nazisme : la création de richesses. Contre toute évidence, les tenants de la croissance indéfinie s’accrochent à ce concept délirant, alors que depuis plus d’un demi-siècle, nous avons grâce à lui pratiqué à l’échelle planétaire la pire création de pauvreté de l’histoire, en même temps que la plus grande destruction de richesses – particulièrement de richesses non renouvelables.

DÉBAT
Je viens de voir « Let’s make money ». Le film me semblant suffisamment clair, je suis parti avant le « débat » qui est censé le suivre. À vrai dire, je fuis depuis longtemps les « débats », surtout après des démonstrations aussi indiscutables ! Non seulement le débat n’a alors pas lieu d’être, mais face au désastre organisé actuel il ne s’agit plus de débattre, mais de se battre.
Or se battre, c’est précisément ce que la pernicieuse habitude du débat permet d’éviter…

DÉCHETS RADIOACTIFS
Vu, grâce à la remarquable émission « Pièces à conviction », une enquête absolument terrifiante sur les déchets radioactifs. Areva avait tenté d’empêcher sa programmation ; on se demande pourquoi, puisque ce constat impitoyable est passé comme une lettre à la poste, sans engendrer la moindre réaction. Sans doute y avait-il un match de foot ce soir-là.
Comme presque tous les soirs…

DEMI MESURE
Il faut choisir. En mai 1968, ce qui m’a le plus frappé, c’est l’incapacité des manifestants à faire un choix clair entre violence et non-violence. J’avais choisi cette dernière suite à mes expériences entre extrême-droite et extrême-gauche, dont l’aveugle et répugnante violence réciproque me dégoûtait par ce qu’elle révélait de lâcheté. Ce choix d’une demi violence, qui ne faisait qu’égratigner le pouvoir et lui donner prétexte à répression ne me plaisait ni tactiquement ni moralement, entre autres parce qu’il revenait à s’en prendre avant tout aux personnes privées plutôt qu’à la force publique. Ou l’on refuse la violence, et l’on se lance dans la désobéissance civile façon Gandhi, ou on veut la révolution, et dans ce cas, si on veut avoir une chance de réussir, on ne lance pas des pavés, on prend des fusils. Pour moi, l’échec de 1968 était inscrit d’entrée dans ce refus de choisir un mode d’action cohérent et de s’y engager à fond.
Dans l’action, la demi mesure est l’assurance de l’échec.

DÉMOCRATIE
Le système est organisé de telle façon que ne peuvent arriver au pouvoir par la prétendue voie démocratique que des hommes dont la seule vraie qualité est leur aptitude à la démagogie et au populisme. Si nos gouvernants sont, à un point incroyable, aussi nuls que tarés, aussi incompétents que malhonnêtes, s’ils sont des bonimenteurs de foire et des escrocs à la petite semaine bien plus que des hommes d’état, c’est qu’ils sont le portrait craché de la masse qui les élit. Les hommes politiques contemporains sont le fidèle reflet de leurs électeurs. Ce n’est pas d’eux que nous devrions avoir honte, mais de nous.
Quiconque a un minimum de respect de soi ne peut que refuser les règles actuelles du jeu politique.
Et que dire du jeu syndical ?

ÉCOLOGIE
J’ai du mal avec les écologistes à la Arthus-Bertrand ou à la Hulot. Polluer autant que cent mille des personnes auxquelles on donne des leçons de morale écologique, c’est de l’escroquerie : pour défendre la cause qu’ils prétendent soutenir, ils se mettent au service du système qui a créé et entretient le désastre qu’ils dénoncent avec une vertueuse indignation.
Nous culpabiliser est déjà discutable, mais le faire du haut d’un hélico en faisant ainsi la promotion du prétendu « développement durable » ou de l’inénarrable « croissance verte », c’est littéralement se foutre du monde.

ÉLITISME
Bernadette prétend que je suis élitiste. À juste titre, mais peut-être pas comme elle le croit. Pour les avoir dûment fréquentées, j’ai le plus profond mépris pour les élites actuelles. Si je n’éprouve aucune adoration particulière pour le peuple, je le respecte – tant qu’il se respecte.
Je n’ai aucun respect pour les élites intellectuelles et politiques de notre époque, qui se méprisent sans le savoir autant qu’elles méprisent quiconque n’appartient pas à leur Olympe autosatisfait. Jamais une élite n’a plus goulûment affirmé sa vocation parasitaire, jamais une élite n’est allée plus servilement à la soupe, jamais une élite n’a plus férocement cherché à éliminer tous les obstacles à son hégémonie – au point de programmer sa propre destruction. Comment ne pas être élitiste face à des élites d’une telle stupidité ?

EMPOISONNEMENT
Ce n’est pas seulement physiquement que nous sommes empoisonnés, c’est aussi mentalement. Notre corps est bourré de pesticides, notre tête farcie d’idées destructrices. Et nous sommes si habitués à nos poisons que, sans pour autant être mithridatisés, car ils nous tuent à petit feu, nous ne pouvons nous en déprendre. Nous sommes d’ailleurs si intoxiqués que nous n’en avons la plupart du temps même plus conscience. Tout comme notre système immunitaire, perturbé par d’innombrables agents chimiques exogènes, perdant ses repères, se retourne contre notre organisme, notre vision du monde, déformée par les novlangues anthropocentriques, contribue à l’aveuglement qui amène notre civilisation de Gribouilles à se jeter à l’eau pour n’être pas mouillée par l’orage qu’elle a déclenché.
Certaines idées sont dans l’air : lisant le formidable livre de Bertrand Méheust, La philosophie de l’oxymore, j’y retrouve cette idée de la contamination par des miasmes idéologiques comparables aux pesticides. Il y a bien longtemps, dans La psychologie de masse du fascisme, Reich avait superbement analysé cette pandémie qu’il avait si judicieusement baptisée « peste émotionnelle » et dont Klemperer a décrit le fonctionnement et les effets dans LTI, la langue du Troisième Reich.

ENTERREMENT
Sur France-Inter, un membre du Medef de la Guadeloupe déclare d’une voix graillonnante, avec un sens aigu de l’importance relative des êtres et des choses : « Si la grève continue, ça sera plus seulement des enterrements de personnes, ça sera des d’enterrements d’entreprises ! »
Une insupportable escalade dans l’horreur, en somme. Medef, quand tu nous tiens !

ESPRIT D’ENFANCE
Beaucoup de contemporains confondent commodément esprit d’enfance et puérilité. Cela me semble tout particulièrement vrai des artistes de marché, que cette escroquerie arrange, parce que la puérilité entraîne avec elle l’irresponsabilité, alors que l’esprit d’enfance est éminemment responsable de ses recherches et de ses découvertes. La puérilité se reconnaît aisément à ce qu’elle se prend toujours au sérieux sans jamais prendre la vie au sérieux. L’esprit d’enfance ne se prend jamais au sérieux, il s’engage, ce qui revient à prendre la vie très au sérieux. Regardons jouer les enfants : ils croient à ce qu’ils font tout le temps nécessaire à la création de leur désir. Un enfant ne fait pas semblant, il fait comme si. Autrement dit, il prend un risque, celui de réussir ou d’échouer. Et parce qu’il assume ce risque, à force d’échouer, il a chance de réussir, là où l’adulte puéril, à force de faire semblant, n’obtient que cet échec suprême qu’est une réussite indue.
Car la puérilité veut réussir, c’est à dire faire parler d’elle et être reconnue et récompensée, là où l’esprit d’enfance ne cherche qu’à vivre et créer.
La puérilité met l’enjeu en dehors d’elle (quel qu’il soit, financier, mondain ou « sportif »), l’esprit d’enfance est à lui-même son propre enjeu. La puérilité s’aime, l’esprit d’enfance aime.
Naturellement, ces deux approches du monde peuvent cohabiter de bien des manières chez chacun de nous, et cohabitent en effet la plupart du temps. Mais elles ne se confondent jamais, et si la puérilité, tendant à la société humaine son miroir grossissant, peut obtenir en retour de sa complaisance cette illusion qu’est le succès, l’esprit d’enfance seul atteint le vrai but de l’existence : la création à partir de nous-mêmes de ce qui nous dépasse.

EUPHÉMISMES
S’il est un domaine où notre époque fait preuve d’une créativité débridée confinant parfois au pur génie, c’est celui de l’euphémisme, qu’elle a porté à des altitudes insoupçonnées. C’est ainsi qu’à la radio l’autre jour on parlait pudiquement, à propos de quelques récents athlètes du micro-cravate, de « chanteurs à textes », charmante périphrase pour dire sans le dire qu’ils n’ont pas de voix.

ÉVÉNEMENT
Nous avons perdu tout recul. Sans cesse focalisés sur l’événement le plus récent (la première page des journaux papier, comme les titres de la radio ou de la télévision, n’est plus qu’une gigantesque rubrique de dernière minute), et happés par son remplacement ininterrompu, nous avons perdu de vue que « l’événement » est en fait presque toujours un non-événément, et que le véritable événement, c’est l’enchaînement des causes et des effets dont les événements ponctuels ne sont que les manifestations extérieures, dépourvues de toute signification en dehors du contexte temporel où elles surviennent.
L’événement tel que nous le vivons, ou plutôt tel que nous ne le vivons pas mais le fantasmons, n’est qu’un spectacle, une matière à sensation, un kaléidoscope que nous regardons, fascinés, pendant que nous échappe le véritable événement, notre vie.
La culture de l’événement est une inculture. Car notre vie n’est pas faite d’une succession d’événements, de sensations, d’émotions ; elle est faite de conscience, c’est à dire d’une multitude de réflexions, à tous les sens de ce terme, et de notre capacité à relier et tisser entre eux des instants pour en faire le fil de notre vie.

ÉVOLUTION
De toute façon, les choses évoluent. Pourquoi chercher à les accélérer encore, pourquoi anticiper sur les changements nécessaires ? Laisser libre cours au changement, ce n’est pas le provoquer, mais l’accompagner. Je vois dans cette hâte à tout changer tout le temps un des instruments de l’emprise de l’oligarchie capitaliste sur nos existences. On nous force à changer non parce que c’est utile ou nécessaire, mais parce que c’est rentable pour ceux qui nous exploitent, comme en témoigne le coup « marketing » particulièrement réussi des ampoules « basse consommation », beaucoup plus polluantes et plus coûteuses que la bonne vieille lampe à incandescence, et qui mieux est dangereuses pour la santé…
Pour ma part, je m’efforce au contraire de ralentir l’évolution, afin de vérifier qu’elle s’impose, et de lui donner l’harmonie sans laquelle le changement n’est qu’un désordre supplémentaire.
Plus généralement, ce qui est intéressant dans la vie, ce n’est pas seulement la nouveauté, c’est ce qui perdure. Nous pouvons nous enrichir autant, sinon davantage, du passé survivant qui nourrit le futur que d’un futur envahissant qui, non content d’effacer le passé, détruit du même coup le présent.
Le changement n’est pas une valeur en soi. Il est bon que les choses changent, il est bon qu’elles durent. Cette démarche d’euthanasie de ce qui n’est plus à la mode mais est encore source de vie me paraît aussi stupide que criminelle.
Voyez le corps humain : à l’exception des neurones, nos cellules changent sans cesse ; pour autant, notre apparence et notre conscience n’évoluent que très lentement, et heureusement ; autrement ni notre corps ni notre esprit n’auraient la cohérence nécessaire pour vivre !
Le changement continu des cellules est-il plus important que la persistance du corps et de la conscience ? Rien ne peut s’épanouir sans la durée.
Mieux, rien n’existe sans la durée : quelle que soit sa fréquence, une note de musique, si brève soit-elle, ne prend son et sens que par sa durée.

FAIRE
Faire avec ce qu’on a, c’est faire preuve de raison. Faire avec ce qu’on est, de sagesse.

FANTASMES À GOGO (S)
Le problème du fantasme en art : je suis frappé de l’intellectualité ambiante, qui se retrouve jusque dans beaucoup de livres pour la jeunesse, devenus péniblement abstraits, d’un raffinement excessif, visiblement écrits par des gens qui n’ont jamais vraiment vécu ailleurs que devant un écran, quand ce n’est pas sur ou plutôt dans Internet. On se perd dans un luxe de détails, on se lance dans des constructions tarabiscotées, faute d’imagination authentique, c’est à dire concrète. Notre époque confond imagination et fantasme, elle fait constamment semblant avec des grâces éléphantesques, alors que l’imagination véritable fait comme si.
Nous sommes tous des gogos devant ce toujours plus qui ne se contente pas de la quantité : il lui faut envahir aussi la qualité, on veut toujours plus de qualité. Mais trop de qualité tue la qualité, et à trop chercher le symbole, on patauge dans le cliché. La qualité n’est pas dans la prétention, même pas dans la recherche, mais dans la capacité à transcender le vécu pour en extraire la valeur universelle : tout l’art consiste à faire dire l’infini par le fini, à faire voir l’infini à partir du fini. Lutter avec l’infini en multipliant le fini, c’est tomber de l’art dans l’industrie, c’est croire qu’on peut quantifier la qualité.
Voir TROP

HABITAT
Les anglais adorent construire ; peu importe quoi. Pour plus de simplicité, ils construisent tous la même chose, alignant sur des kilomètres de petits cubes strictement identiques. Quand ils rentrent à la maison bourrés, ils ne risquent pas de se tromper : ils sont chez eux partout.
Ce que les français veulent avant tout, c’est un garage, équipé de préférence d’une porte basculante, qu’on voie bien leur voiture. Ici, « on » ne désigne pas seulement les voisins, mais le propriétaire lui-même, qui peut ainsi contempler à loisir son nombril mobile. En France la maison est construite autour du garage, car s’il le pouvait le français coucherait dans sa voiture, qui lui sert à transporter la France avec lui partout où il va. C’est pourquoi le rêve de tout français digne de ce beau nom est d’avoir un camping-car, qui lui permet en tout lieu de rester en France et entre français, évitant ainsi au maximum d’entendre d’autres langues que la sienne, qui comme chacun sait est la langue universelle par excellence. Mieux encore, le camping-car permet de continuer à manger français, toute cuisine étrangère étant par définition si immangeable qu’il convient de ne pas même la goûter, de crainte de s’empoisonner.
De son côté, l’anglais, essentiellement pragmatique, envahit la France en rachetant les maisons des français pendant que ceux-ci roulent dans leurs voitures et leurs camping-cars. À l’inverse, l’allemand ne sort jamais vraiment de sa maison, et même ses voitures ressemblent à des maisons. Quand pour une raison majeure ou une autre il se décide à en sortir, il s’empresse d’y revenir à 250 kilomètres heure sur des autoroutes spécialement construites pour l’y ramener au plus vite.
Comment voulez-vous faire l’Europe ?

HAINE
Il y a longtemps que je me demandais pourquoi il m’arrive de haïr certains êtres humains. La haine ne m’est pas naturelle. Je peux être méchant, mais je ne peux m’empêcher de le regretter aussitôt.
Je viens de comprendre : mes haines, elles sont importées. Je n’ai jamais haï que des gens qui me haïssent. Je n’ai jamais eu envie de tuer que des gens qui d’une façon ou d’une autre veulent ma peau. Leur haine, ouverte ou soigneusement dissimulée, voilà ce qui en retour me les fait haïr.
Prenons un exemple. Un chef d’entreprise qui lance une charretée de suppressions d’emplois, pardon, un plan social, tout en bénéficiant de rémunérations colossales, à mes yeux ce type-là hait les gens avec qui il travaille. Il faut haïr ses employés pour les condamner au chômage sans autre raison que de gagner plus d’argent qu’on n’en a besoin, et d’en faire gagner encore davantage à des gens qui n’en ont pas besoin.
C’est peut-être une haine froide, très polie, une haine douce, voire doucereuse. Mais cette haine policée et qui ne dit pas son nom, cette haine hypocrite, elle est de toutes la plus violente, parce qu’elle s’accompagne d’un immense mépris.
Tuer l’autre en lui montrant en prime qu’on le tient pour un con, détruire l’autre en l’humiliant, c’est de la haine de nazi ou de stalinien, et ces haines-là engendrent inévitablement la haine.
Et je hais d’autant plus ceux que je sens et sais me haïr qu’à les voir vivre et agir je sais et sens dans ma chair qu’ils haïssent la vie.
Au bout du compte, leur haine, c’est leur peur de la vie.
Ils sont bien pauvres, les riches qui croient pouvoir acheter la vie.
Et le savent, ce qui redouble leur haine.

« IGNARITUDE »
Yann Quéffelec est, paraît-il, romancier. Il a en tout cas une grosse voix grave, qui donnait un relief saisissant aux incroyables fautes de français dont, encouragé et badé par l’inénarrable Stéphane Paoli, il émaillait ce dimanche matin sur France-Inter un discours par ailleurs si creux et prétentieux qu’on avait honte pour lui. Nous avons ainsi eu droit à un superbe : « cette eau auquel », qui en dit long sur les souffrances infligées aux correcteurs chargés de restituer en français les platitudes de cet « écrivain », qui estime par ailleurs qu’il n’y a plus actuellement de poésie française, puisqu’on ne peut qualifier de poètes les rimailleurs de sous-préfecture adeptes de l’alexandrin qui seraient d’après lui les seuls et indignes serviteurs actuels des muses. _ Alléché par cette prestation de haut niveau, j’ai lu quelques pages de son dernier roman. Que cette soupe aussi insipide qu’indigeste (rare exploit !) ait trouvé un éditeur témoigne de notre assez terrifiante décadence culturelle.
Mais les Quéffelec et leur intense vulgarité ont toute leur place dans une époque où règne la politique de l’oxymore si bien décrite par Bertrand Méheust dans le livre du même nom (marre de l’adjectif « éponyme » !).

INDISPENSABLE
Dans son livre « Moins, c’est mieux », Michael Simperl tente de remémorer aux drogués du « progrès » cette vérité première dont l’oubli est une des causes majeures du désastre en cours : « Avec le portable comme avec beaucoup d’objets supposés indispensables, en cas de doute, il faut se rappeler une chose très simple : autrefois, on s’en passait fort bien. »
La vie seule est indispensable à la vie. Tout le reste n’est, au mieux, qu’utile.

INSOUMIS
Insoumis de naissance, je n’ai pu vivre qu’en révolté. J’ai bien peur que la révolte ne soit pas tant un choix qu’un état d’âme. Ou même un état de fait. Mais aussi, parfois, un état de fête !

INSUFFISANCE
Le problème qui guette tous les couples qui durent : se reprocher l’un l’autre de n’être que ce que nous sommes.

LISTE
Je reprends cette liste sans cesse à compléter, que j’avais commencée dans les Remarques en passant 15, et qui donne la mesure du travail de régression en cours sous prétexte de « réforme »…
Elle donne le vertige, la petite liste des mesures et lois infâmes prises ou envisagées en quelques mois par Sarkozy et sa clique :
- La prétendue ouverture, machine de guerre visant à supprimer toute opposition digne de ce nom
- le paquet fiscal et le bouclier du même nom
- l’augmentation de 172% du traitement du Président de la République après le refus d’augmenter le Smic et en même temps que la suppression des privilèges des régimes spéciaux de retraite (sauf ceux des militaires et des députés et sénateurs)
- l’ascension météorique des dépenses de la Présidence de la République
- le Traité européen « simplifié » sans consultation citoyenne
- la révision de la Constitution pour donner plus de pouvoir encore au Président de la République, et assurer l’hégémonie de la majorité parlementaire
- les expulsions systématiques d’étrangers sans papiers et de leurs enfants, et les tests ADN
- l’incroyable mascarade du « Grenelle » de l’environnement, aussitôt suivi par la promotion du nucléaire civil tous azimuts
- la « réforme » de la justice qui pour rapprocher les justiciables des tribunaux les supprime (pas encore les justiciables, « juste » les tribunaux !)
- la « réforme » de l’université et de la recherche
- la « réforme » de la santé et de l’hôpital
- la dépénalisation des délits financiers, suivie de la suppression du juge d’instruction et l’attribution des enquêtes aux procureurs à la solde de l’exécutif : ce que l’actuel président de la République est en train d’installer, c’est la possibilité pour les maffias de tout poil, à commencer par la sienne, d’échapper de fait à tous les problèmes judiciaires que devrait leur valoir leurs perpétuelles infractions à la loi et leur corruption tous azimuts
- la suppression de l’impôt de Bourse, aussitôt complétée par la suppression de l’exonération de la redevance télévisuelle pour les personnes âgées non imposables (finalement abandonnée en vue des municipales…)
- la nomination de l’incapable Pérol à la tête de deux banques qu’il a contribué à plomber
- le refus de voir dans les problèmes des banlieues autre chose que l’action délétère d’une voyoucratie (en l’occurrence, comme si souvent, c’est çui qui l’dit qui y est, le petit haineux en connaît un rayon question voyoucratie !)
Et j’en oublie, à commencer par les attaques contre la laïcité et le massacre programmé de l’éducation Nationale !

mardi 12 mai 2009

C’EST LE PRINTEMPS…

CE QUE J’ÉCRIRAIS

Je me demande parfois ce que je voudrais vraiment écrire, si j’en étais capable.
Il m’est arrivé d’écrire ce que je voudrais vraiment écrire ; mais ça ne m’aide guère, parce que ç’a toujours été un peu par hasard, pour ainsi dire à mon insu de mon plein gré, comme dopé par une intervention extérieure quasi miraculeuse, providentielle en tout cas.
Généralement, j’évite soigneusement d’écrire ce que je voudrais écrire, tout comme la plupart d’entre nous font de leur mieux pour ne pas vivre ce qu’ils voudraient vraiment vivre.
Parfois, sous l’emprise de quelque psychotrope, ou soulevé par l’élan d’une matinée ensoleillée, ou porté par un groupe euphorique, je me pose pour de bon la question.
Aujourd’hui, en proie à une folle témérité, je tente même d’y répondre.
Si j’en étais capable, voici ce que j’écrirais.

Si j’osais, si je pouvais, si je le voulais vraiment
j’écrirais le monde et il serait nouveau
le même que j’ai connu mais par moi recréé
le feu flamberait plus fort et la pluie battrait mes joues sous ma peau
je ne serais pas celui qui parle du loup mais je serais le loup
et mes mots hurleraient à la lune
hurleraient si fort à la lune qu’enfin
premier de tous les loups je la décrocherais !

Si j’en étais capable chaque mot que je proférerais s’incarnerait
et je tuerais tous les faux dieux dont le verbe s’est fait chaire
les Allah et les Jehovah et les Jésus-Christ,
tous les prophètes de bonheur avec leurs soixante-dix vierges
oui si j’osais chacun de mes mots déchirerait un voile
hisserait une voile
chacun de mes mots enfanterait une étoile !

D’un souffle j’enflammerais les cendres
rallumerais les yeux éteints qui m’ont tant manqué
d’un coup je reprendrais toute la hauteur qui me revient…

Si j’en étais capable mes mots auraient des ailes
flèches foudre raz-de-marée
galaxies éclatant aux mille coins de l’univers
la fantasmagorie des formes insensées
si j’osais mes mots repeindraient la vie
aux couleurs d’un arc-en-ciel éblouissant
Car je suis le kaléidoscope
celui qui toujours le même ne cesse de changer
tube borgne où s’agitent confettis et paillettes
tube nain où se réincarne le monde
où s’enchante la vraie vie
où résonne à l’infini la musique des couleurs

Et voici que j’ose
kaléidoscope
et que je peux
très humblement
comme nous tous
être moi-même
dieu

Car ce que je voulais vraiment écrire
je viens de l’écrire
et que nul ne le lise
n’empêchera pas que je l’aie écrit
dieu
minuscule
dieu
ridicule
dieu
lamentable
mais dieu quand même
en quête d’autres dieux
les vrais
les seuls
mes semblables
quand ils osent
mes si différents pareils
pour ensemble nous recréer
et le monde avec nous

Je me demande
puis-je me contenter
de n’être pas capable ?

vendredi 24 avril 2009

Liens Amis

- LE REMARQUABLE BLOG DE MON ALTER EGO JEAN KLÉPAL
- Mondoral.org
- Éric Dejaeger, court toujours
- NON DE NON !
- TRACTION-BRABANT
- MELIN AUDIO

jeudi 16 avril 2009

LE TRAVAIL, CETTE MALADIE


TRAVAIL
Je le dis avec une certaine fierté, j’ai toujours éprouvé un immense plaisir à ne rien faire pendant que les autres travaillent. Maladie, convalescence, séjour à l’hôpital, sieste, tout m’est occasion de m’abandonner à l’écoute voluptueuse de la rumeur de la vie, de contempler la vie en cours au lieu de participer à la vie en course.
J’adore être témoin, reposer, presque flotter, dans la bulle de mon silence intérieur, tout en écoutant le remue-ménage atténué de la fourmilière berçant mon heureuse vacuité. Contraste jouissif entre la présence du fait néant et l’aliénation des hommes occupés ! Curieusement, c’est dans ces moments-là, trop rares à mon goût depuis que je jouis de l’odieux privilège d’être adulte, que je ressens le plus fortement ce bonheur d’exister qui donne son vrai sens à la vie. « Je suis », tout simplement, tout bêtement si vous voulez.
C’est le drame des paresseux qui ne s’acceptent pas tels de s’astreindre constamment, par une culpabilité mal placée, à travailler, alors qu’ils ne sont pas faits pour ça.
Ce n’est pas que je ne travaille pas ; je travaille, mais pour mon plaisir, je travaille, mais quand il me plaît ; je travaille, et même beaucoup, et probablement plus que la plupart des bosseurs compulsifs, si épuisés par leur agitation frénétique qu’ils perdent un temps fou à ne rien faire et souvent pendant leur travail même, comme si un disjoncteur leur coupait le courant pour éviter la surchauffe et le court-circuit qui les menacent sans cesse.
Impossible de ne pas les trouver ridicules, ces hommes occupés, envahis… Et odieux quand ils prétendent nous occuper, comme s’ils ne nous envahissaient pas déjà que trop ! Ce que je n’accepte pas chez les drogués du travail, c’est qu’ils ne se contentent pas d’être masochistes, il leur faut encore jouer les sadiques en voulant nous rendre aussi malheureux qu’eux.


À la nuit tombante, la pêche au soleil © Sagault 2008

vendredi 3 avril 2009

POISON D’AVRIL : LETTRE OUVERTE AUX GOUJATS


LETTRE OUVERTE AUX GOUJATS

Non, vraiment, la colère m’étouffe ! Il faut que ça sorte !
Il ne me suffit pas d’aller voter. Je veux vous dire ce que je pense de vous, les candidats, de vos experts et des élites qui vous soutiennent !
Vous tous, les pharisiens et les marchands du Temple, les menteurs, les écornifleurs, les escrocs à la petite semaine, les agités du portefeuille !
Vous n’arrêtez pas de me surprendre, et plus je m’indigne, plus vous me donnez de raisons de m’indigner : car vous n’êtes pas seulement des exploiteurs, ni des hypocrites et des menteurs, non !
Je n’y avais pas pensé, vous me l’apprenez : vous êtes des victimes !
Et nous des comploteurs, des ennemis de la liberté, puisque nous en avons un peu assez de vous regarder nous tromper, nous manipuler et nous voler...
Victimes innocentes, comment pourriez-vous être responsables ?
Voilà votre triomphe !
Quoi que vous ayez fait, vous n’êtes jamais responsables...
Mieux, c’est toujours de notre faute.
Car nous sommes coupables de ne pas comprendre et de ne pas accepter la réalité.
C’est vrai, quand même ! De quoi nous mêlons-nous ?
Je vous entends d’ici : Vous n’aimez pas mentir, vous n’aimez pas voler ? Alors, laissez-nous faire ! Vous ne voulez pas vous enrichir n’importe comment ? Si vous n’aimez pas ça, n’en dégoûtez pas les autres !
Place aux experts, place aux élites !
Moi, je sais ce que c’est qu’un expert : c’est quelqu’un qui n’est jamais responsable de ses conneries, et qui a toujours raison, surtout quand il a tort.
Trop facile d’avoir raison quand on a raison ; la marque du vrai expert, c’est qu’il peut prouver qu’il a raison même quand il a tort.
Mais l’élite des experts, le comble de l’art, ce sont ces types formidables qui arrivent à faire accepter aux autres des sacrifices qui leur permettront de ne pas en faire eux-mêmes.
La définition du gagneur, dont on nous a tant rebattu les oreilles : celui qui fait payer ses pertes aux autres.
Vous qui allez tant à la messe, et qui vous dévouez tant à autrui, lisez donc l’évangile : Il est plus difficile à un riche...
Et si vous nous lâchiez un peu les baskets ?
Nous, on ne vous a rien demandé !
Et pour tout dire, vous commencez à nous fatiguer.
Nous avons essayé de vous accepter, nous pensions que vous alliez bien vous assagir un jour, et finir par être utiles à quelque chose.
Nous avons fait semblant de ne pas voir à l’oeuvre les termites sociaux que vous êtes. Nous nous sommes voilé la face. Mais vous avez tellement insisté que nous sommes bien obligés de vous voir comme vous êtes !
Et franchement, vous n’êtes pas beaux à voir.
Je me suis longtemps demandé qui vous étiez vraiment.
Et puis j’ai entendu Édouâârd expliquer que tout l’argent qu’il avait gagné en se croisant les pouces l’avait été de façon parfaitement légale, en se soumettant en somme – en grosse somme ! – à la règle commune.
Pouce ! ai-je hurlé. Stop ! J’ai trouvé.
Messieurs et mesdames des élites, je sais maintenant qui vous êtes.
Vous êtes des goujats.
Pas seulement des voleurs, pas uniquement des menteurs. Vous êtes des cyniques, des pharisiens, et des incapables, je vous l’accorde bien volontiers.
Mais avant tout, en fin de compte – en banque et en Suisse –, vous êtes, je persiste, des goujats.
Il faut être un sacré goujat pour avoir le courage d’expliquer aux SDF et aux Rmistes, aux chômeurs et aux smicards que rien dans la loi ne les empêche de faire des plus-values de 2,5 millions de francs !
Et qu’il ne tient qu’à eux de payer l’impôt sur la fortune, en exerçant des "activités de conseil" aussi reposantes que lucratives.
La loi est la même pour tous, chevrote benoîtement ce bon Balladur. Mais pas les profits !
Que vous nous crachiez à la figure, nous nous y étions habitués. Mais qu’il faille en plus vous dire merci, désolés, ça ne passse pas !
Goujaterie, vous dis-je !
Nous savons très bien, nous, que si nous nous faisions piquer à essayer de gagner 500 francs au noir, on nous couperait les vivres, on nous traduirait en justice, on nous ferait goûter de la taule, ferme !
Ce qui est frappant avec vous, les élites actuelles, les politiques, les patrons, les riches, ce n’est pas tant votre absence totale de valeurs morales, c’est votre impudeur.
Pire, votre inconscience : vous êtes si parfaitement corrompus, si enracinés dans la boue que vous êtes "honnêtement" persuadés d’être honnêtes !
Vous n’éprouvez pas le plus léger doute, pas le plus petit remords, pas la moindre gêne. Noir ou Carignon, Garretta ou Longuet, Tapie ou Suard, même combat : pris la main dans le sac, vous vous indignez, vous vous dressez vertueusement sur vos ergots, vous défendez votre "honneur" !
Scandalisés qu’on ose s’en prendre à vous : à force de culot toujours vainqueur, vous en êtes venus à confondre impunité et innocence...
Vous êtes pires que les maffiosi : eux au moins savent qu’ils sont coupables.
C’est ça, le comble de la goujaterie : les profiteurs qui se proclament innocents, les voleurs qui respectent la loi.
Pasqua et Mellick mentent comme ils respirent ? Pas grave, que dis-je, normal. C’est pour la bonne cause – la seule – : la leur.
En somme, vous avez fait vôtre la morale de Mitterand : jamais responsable !
Haberer, pas responsable, Dufoix, pas responsable, Garretta, pas responsable !
Logique : vous êtes les experts, les élites ; vous ne pouvez pas vous tromper.
Les responsables, ce sont ceux qui ne vous laissent pas mentir et voler en paix, ceux qui ne vous croient plus, c’est à dire l’immense majorité des électeurs.
Tous ceux qui ont envie de voter "nuls", parce que vous l’êtes.
Vous n’avez de remarquable que votre infernal culot. Il en faut pour oser nous demander de croire en vous...
Regardez-vous un instant, regardez ce que vous nous avez donné à voir depuis des années !
Ça y est ? Vous vous êtes vus ? Vous comprenez enfin que nous ne pouvons pas vous respecter ? Ça se mérite, le respect.
Alors, s’il vous plaît, pour une fois, respectez-vous, et respectez-nous : retirez-vous !
Nous vous avons assez vus.
Hein, les guignols ? Si vous faisiez relâche ?
Bien sûr, vous ne voudrez pas.
Et si personne n’allait voter ? Si nous lâchions toutes ces marionnettes que nous tenons au bout de nos bulletins de vote ?
C’est nous qui les faisons remuer, ces pantins.
Fourrons-les dans une malle et portons-les au grenier.
Promis : on vous ressortira une fois l’an, pour le Carnaval.

LE G 20, UN TRIOMPHE PLANÉTAIRE !

0 | 15 | 30 | 45 | 60 | 75 | 90 | 105 | 120