L’ADHÉSION, NOTRE SOLUTION FINALE



Dans cette période si difficile, assaillis que nous sommes par les mauvaises nouvelles et les prédictions pessimistes, ne boudons pas notre plaisir, nous avons au moins un motif de nous réjouir sans retenue.
Un élan universel a saisi l’humanité : nous sommes collectivement appelés à adhérer. Adhérer aux mesures et aux démesures de nos gouvernants, quelles qu’elles soient, puisque l’important dans l’adhésion, ce n’est pas ce à quoi on adhère, mais le fait d’adhérer, qui constitue en lui-même une libération de soi au profit d’un ensemble dont il convient de ne se distinguer en rien… pour, précisément, y mieux adhérer, comme la glu colle à l’oiseau !
Inconditionnelle comme l’amour vrai, confiante comme le nourrisson, généreuse comme Madame Chirac, l’adhésion est clairement l’outil privilégié du nouveau Contrat Social qui ménera l’espèce humaine à cette Parousie tant attendue, le Paradis sur Terre.
Cela fait chaud au cœur de constater combien la loi d’airain du consensus obligatoire a pu l’emporter facilement sur les dérives de l’esprit critique et du doute créateur, combien l’adhésion irréfléchie et irresponsable d’une majorité d’imbéciles volontaires a pu marginaliser tout esprit de curiosité, tout désir de s’informer et toute volonté de décider en connaissance de cause et d’être responsable de soi-même et de ses actes.
Nous avons pu une nouvelle fois vérifier que l’irremplaçable beauté du consensus, sa magnifique efficacité sociale, c’est qu’il entraîne et justifie ce droit inaliénable à l’irresponsabilité qui est la grande conquête de l’humanité. N’être responsable de rien, et surtout pas de soi-même, tel est le vœu ultime du bétail humain, vœu désormais exaucé par ses bergers, des maîtres attentifs et bien intentionnés, qui en douterait ?
Adhérer à la passivité, voguer au fil de l’eau les pattes en l’air, quelle enviable condition !
Ne pas avoir à réfléchir, à décider, quel soulagement ! S’en remettre totalement aux pouvoirs en place, quel gain de temps pour les choses sérieuses, consommer, naviguer, bricoler, jouir de tout et de rien sans souci du lendemain ! Moins de droits certes, mais plus d’autre devoir que d’obéir aveuglément. Qui oserait dire que le citoyen perd au change ?
D’autant plus que, n’en déplaise aux esprits chagrins qui prétendent qu’en définitive la gratuité se paier plus cher qu’elle ne vaut, l’adhésion volontaire est gratuite !
Il faut donc se faire vacciner. Adhérer à la vaccination est un devoir moral. Nous devons nous protéger et surtout protéger les autres, ces pauvres autres dont nous sommes responsables et que de toute évidence notre incurie personnelle condamne tous à mort.
Chacun sait qu’une majorité suffisamment confortable a toujours raison et que sa raison finit heureusement par s’imposer face aux déviances irrationnelles et autres fake news colportées par des complotistes refusant d’accepter le consensus en vigueur – vigueur est le mot juste !
On le voit mieux que jamais aujourd’hui : à condition qu’il soit imposé par tous les moyens de la propagande, le bon sens finit toujours par l’emporter. C’est ainsi que, grâce au consensus scientifique quasi unanime de leur époque de véritable progrès, les fake news manifestement loufoques répandues par les complotistes Galilée, Copernic et autres esprits dérangés ont été repoussées dans les ténèbres d’où elles n’auraient jamais dû sortir.
Quelle avancée pour la Recherche, et combien elle fut difficile, ne l’oublions jamais ! Même le bûcher ne put venir à bout de l’entêtement démoniaque de ces traîtres à la Science. Dieu merci, désormais et depuis cinq cents ans, le doute, ce ver dans le fruit glorieux de la Science officielle, n’est plus permis.
Oui, la Terre est plate, oui, le Soleil tourne autour d’elle, et ce seul exemple suffit à prouver que la curiosité et l’esprit critique sont œuvres du Démon. Oui, le Covid est le Mal absolu, oui, Saint Vaccin est notre Dieu et Bill Gates est son Prophète, mille fois oui, une thérapie génique expérimentale inefficace et dangereuse, dont les essais ne sont pas terminés et ont été bidonnés par ses producteurs intéressés, doit être imposée à l’ensemble de l’humanité, puisqu’aucun traitement qui aurait pu en contrecarrer malencontreusement le développement hégémonique n’a été expérimenté sérieusement.
Tout cela tombe sous le sens et pour en être persuadé, il suffit de se rappeler que l’humanité, contrairement à ce qu’osent prétendre quelques esprits détraqués et pervers, a su en trois cents ans de révolution industrielle découvrir et mettre en œuvre sa véritable nature, sa vocation suprême, qui est, comme chacun sait, de marcher sur la tête.
Avec les admirables résultats dont nous commençons à découvrir, et surtout à vivre, les mirobolants effets. Devant la catastrophe en cours, il est donc plus que jamais indispensable de garder la grosse tête qui nous a si bien réussi, de refuser toute réflexion, d’excommunier tout esprit critique, d’extirper le moindre doute sur la validité du consensus imposé.
Ne nous laissons pas berner par les quelques complotistes ultra minoritaires qui ont les pieds sur terre et ne veulent pas acheter chat en poche à des escrocs maintes fois condamnés pour des crimes scandaleux. Ces empêcheurs d’adhérer en rond, dénonçons-les, clouons-les au pilori, car c’est évident, ce sont eux les responsables de la pandémie !
Adhérons sans barguigner à la Vérité Officielle, prosternons-nous devant ses Prêtres inspirés par la pratique rituelle permanente du divin Conflit d’Intérêt, remettons-nous entre les mains des mafias qui la main sur le cœur proclament vouloir notre bonheur tout en nous faisant les poches en même temps qu’elles nous empoisonnent par tous les moyens.
Peu importe à quoi nous adhérons, aux OGM, aux monnaies virtuelles, à Big Pharma, à la Ripoublique en marche arrière, l’important c’est d’adhérer, l’essentiel c’est l’Adhésion, qui brise notre solitude d’être pensant et nous ouvre au bienheureux sommeil du Consensus Universel.

ADHÉRONS, MES FRÈRES, ADHÉRONS, MES SŒURS,

LE SALUT EST DANS L’ADHÉSION !

ET AU PIRE, LE VACCIN RECONNAÎTRA LES SIENS…




POST-SCRIPTUM


Tout est fait pour nous désorienter et nous asservir, tout est fait pour nous cacher la réalité.

Proposer un autre son de cloche est dans ces conditions un devoir citoyen et le premier acte d’une résistance possible au rouleau compresseur du libéral-nazisme.
– Je signale donc à votre attention la vidéo du remarquable BILAN GÉNÉRAL DE LA SITUATION MONDIALE dressé par Arthur Keller avec les projections qu’il en déduit : https://www.youtube.com/watch?v=73Dfdr2RwUE

– La vidéo de la réunion n°30 du Conseil Scientifique Indépendant RÉINFO-COVID du 04/11/2021 : uZ84hC4I
Ces réunions hebdomadaires apportent beaucoup d’éléments précis et fondés qui contrastent avec le flou et les pétitions de principe des instances médicales officielles.

– La vidéo du très inquiétant et très bien documenté constat du Docteur Benoît Ochs, médecin luxembourgeois quant aux résultats des analyses sanguines post-vaccinales : https://www.youtube.com/watch?v=8ToWq-sfOzY


JE[ JOINS CI-DESSOUS 2 DOCUMENTS REMETTANT EN CAUSE LA PROPAGANDE DES POUVOIRS EN PLACE


20 bonnes raisons scientifiques et éthiques de refuser la vaccination obligatoire anti-covid
Publié le 2 octobre 2021

www. kairospresse.be/20-bonnes-raisons-scientifiques-et-ethiques-de-refuser-la-vaccination-obligatoire-anti-covid/

"La vaccination obligatoire contre le covid-19, qu’elle soit recherchée de façon perverse via un covid safe ticket, une propagande éhontée et culpabilisante ou, prochainement peut-être, par un projet de loi, est légalement, scientifiquement et philosophiquement illégitime pour toute une série de raisons dont les suivantes :
1- Ces injections sont expérimentales(1).
2- Le contenu de ces produits est de qualité questionnable(2).
3- De quel droit devrait-on se faire injecter sous la contrainte un produit expérimental ?
4- Les risques sanitaires liés au covid chez les jeunes en bonne santé sont extrêmement faibles. Les jeunes disposent d’une immunité naturelle avérée contre le covid-19. Le rapport bénéfices-risques sanitaires pour les jeunes en bonne santé est quasiment nul, voire négatif(3).
5- Les risques sanitaires liés au covid pour la plupart des personnes en bonne santé sont très faibles(4).
6- Ces risques sont encore plus réduits avec une prévention et une prise en charge précoce adaptées(5).
7- Ces injections ne sont pas sans risques(6).
8- Les promoteurs de la vaccination obligatoire semblent considérer les victimes d’accidents post-vaccinaux (décès, handicaps, même rares) comme des sacrifices nécessaires. Or le sacrifice personnel relève d’un choix individuel ; imposé par la société, il devient criminel.
9- L’efficacité réelle de ces vaccins est encore à l’étude(7).
10- Concernant la sûreté à court et moyen terme de ces produits, il existe un sous-reporting des accidents post-vaccinaux pour différentes raisons (patients et médecins qui ne reportent pas les effets post-vaccinaux)(8). Malgré ce sous-reporting, les effets post-vaccinaux rapportés sont déjà largement supérieurs à ceux qui ont suivi tout autre vaccin antérieur(9).
11- La sûreté à moyen et long terme de ces produits est par définition encore inconnue(10).
12- L’argument central pour convaincre jeunes et moins jeunes de se faire vacciner est l’« altruisme » : il s’agit de prévenir la contamination de l’entourage ; or certaines études tendent à montrer que les vaccinés restent tout aussi contaminants (charge virale au minimum identique) : la vaccination anti-covid n’empêchant pas la transmission virale, cet argument de l’altruisme tombe à plat : quels sont dès lors les fondements d’une obligation vaccinale(11) ?
13- L’obligation vaccinale est injustifiable dans un contexte où, outre des statistiques questionnables, tout n’a pas été mis en œuvre pour soigner, avec pour conséquence de nombreux décès liés directement à ces négligences coupables : on a en effet observé des obstacles à l’accès aux soins durant le premier confinement ; le rejet d’une approche préventive ; un frein au recours aux antibiotiques(12) alors que beaucoup de décès liés au covid surviennent pas surinfection bactérienne(13) ; l’usage excessif du principe de précaution pour l’ivermectine et autres traitements précoces aux résultats encourageants, tandis que ce même principe de précaution a été abandonné dans le cas des injections ; l’absence de refinancement positif du secteur hospitalier, etc.
14- Les pratiques contestables du secteur pharmaceutique sont notoires (nombreuses condamnations passées). Comment leur accorder une confiance aveugle avec ce lourd passé(14) ?
15- Le consentement individuel éclairé et sans coercition est un principe légal dérivé des droits et libertés fondamentales(15). Mon droit sur mon propre corps est un droit inaliénable qui relève de la dignité de l’être humain, principe duquel découlent tous les droits humains : quel argument justifie de balayer ces principes fondamentaux, sans même examiner les implications plus larges de cet abandon du droit de l’individu sur son corps et du consentement individuel ?
16- Pour ceux qui refusent ces injections expérimentales, il n’est pas éthiquement justifiable d’envisager, dans le cas d’une obligation vaccinale universelle, de les priver de la possibilité de travailler ou d’étudier, portant ainsi atteinte à d’autres droits fondamentaux : droit au travail (art. 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) et donc impossibilité de subvenir aux besoins vitaux (droit à la vie), droit à l’éducation (art. 26), droit de ne pas être inquiété pour ses opinions (art. 19), droit à la liberté (art. 3), …
17- Le projet politique et moral semble être manifestement de supprimer les droits et libertés fondamentales au nom du bien collectif… Qui serait chargé de définir ce bien collectif ? Des « experts en bien collectif » ? Qu’en est-il de la démocratie libérale (à ne pas confondre avec la dictature de la majorité) ? Les libertés et les droits fondamentaux sont le résultat de luttes sociales qui ont permis d’ériger ces droits en remparts à la loi du plus fort.
18- On est manifestement entré dans une stratégie de vaccination périodique sur une durée indéterminée au bénéfice du secteur pharma américain (prévisions de juillet de 33,5 milliards de dollars pour Pfizer en 2021) et au détriment des budgets publics : cela pose question d’une part sur les véritables enjeux au cœur de cette crise, sur l’état de notre démocratie, mais aussi – et surtout – sur l’incapacité prochaine prévisible des États à gérer les politiques de base et les défis futurs.
19- L’efficacité de l’immunité naturelle est avérée scientifiquement et les données de mortalité, notamment les taux d’IFR, en sont un témoignage éclatant(16). Le rôle de la prévention dans le renforcement de cette immunité naturelle est également avéré scientifiquement(17).
20- L’absence de couverture vaccinale universelle est accusée par certains de laisser le champ libre à des mutations du virus, toutefois d’autres avertissent qu’un taux de vaccination élevé en période de pandémie est susceptible de provoquer une pression sélective sur le virus favorable à l’émergence de variants résistants(18). Il est en outre parfaitement illusoire de prétendre contrôler une zoonose par une couverture vaccinale humaine puisque les animaux domestiques et le bétail contribuent aux variations et mutations du virus(19).

Les sources citées dans ce document ne sont qu’une infime partie des sources renvoyant à des références scientifiques qui démontrent l’absence de pertinence sanitaire, juridique et morale d’une vaccination obligatoire.
Ce texte est rédigé par un groupe de citoyens et de scientifiques qui exhortent leurs concitoyens de tous horizons, soignants, juristes, etc. à sortir du silence et à rejoindre leur collectif pour l’enrichir de leurs compétences."



div align="center">COVID-19 : HALTE À LA VACCINATION DE MASSE !
par Vincent Verschoor ; mercredi 17 mars 2021