Il n’est peut-être pas inutile, malheureusement, de reprendre aujourd’hui ce texte que j’avais publié le 12 décembre 2010 pour rappeler quelques principes essentiels. Cela permet de constater combien depuis dix ans ils sont de plus en plus bafoués par ceux-là mêmes dont le premier devoir serait de les respecter…


ASSERMENTÉS : AUTORISÉS À MENTIR ?
Je n’ai absolument rien contre les policiers tant qu’ils sont au service de l’intérêt général et de la société et se refusent à mettre le pouvoir que nous leur conférons au service d’intérêts particuliers, que ce soient les leurs ou ceux d’un gouvernement abusant du mandat qui lui a été confié.
Mais quand j’entends Brice Hortefeux dire à propos d’un jugement que « Notre société ne doit pas se tromper de cible : ce sont les délinquants et les criminels qu’il faut mettre hors d’état de nuire », j’ai du mal à en croire mes oreilles.
Citons les quotidiens : « Sept policiers jugés à Bobigny pour avoir porté de fausses accusations contre un homme ont été reconnus coupables, vendredi 10 décembre, de « dénonciation calomnieuse » et « faux en écritures » et condamnés à des peines allant de six mois à un an de prison ferme. Trois d’entre eux étaient également poursuivis pour « violences aggravées », l’homme accusé à tort ayant reçu des coups après son interpellation. »
Au passage, il n’était pas accusé à tort, il était victime d’un coup monté, ce qui n’est pas du tout la même chose ! Où l’on voit que la manière de rendre compte d’un événement témoigne du sens qu’on veut lui donner…
Si je comprends bien le ministre de l’Intérieur, un policier, du fait qu’il est policier, ne devient pas un délinquant quand il commet des « dénonciation calomnieuses », des « faux en écritures », ou des « violences aggravées ».
Sa nature de policier le blanchit par essence de toute culpabilité.
Dans ce cas, il est donc grand temps de réhabiliter les membres de la Gestapo, de la Stasi, etc, injustement condamnés par des juges qui n’ont pas su reconnaître leur qualité de policiers et les ont donc condamnés à des peines disproportionnées.
Quant aux policiers français qui ont pratiqué les rafles du Vel d’Hiv, il va de soi qu’ils avaient raison de mettre hors d’état de nuire des juifs dont l’étoile jaune prouvait assez qu’ils étaient des délinquants et des criminels.
Jusqu’à quand allons-nous tolérer de pareilles infamies ?Retour ligne manuel
Devrait-il être nécessaire de rappeler que, du fait même qu’il est assermenté, un policier dispose d’un pouvoir tel que tout manquement dans l’exercice de ce pouvoir doit être sanctionné avec la plus grande sévérité ? Mentir quand on est assermenté est une acte de la plus extrême gravité, un acte criminel au sens exact du terme et qui fait de celui qui le perpètre un délinquant majeur.
Il est vrai que l’actuel ministre de l’Intérieur n’en est pas à un mensonge près quand il s’agit d’échapper à ses responsabilités, qu’il s’agisse de pagaille ou de racisme…
Une chose est certaine, Brice Hortefeux a tout à fait raison de nous rappeler que « ce sont les délinquants et les criminels qu’il faut mettre hors d’état de nuire », même et surtout s’ils appartiennent à la police, et à commencer bien entendu par lui-même, qui non content d’être poursuivi et condamné en première instance pour injures racistes, vient de commettre avec récidive une forfaiture particulièrement inadmissible.